Comment adapter sa façon de jardiner face aux sécheresses récurrentes ?

person Posté par: Dolphin Rony list Dans: Sous-catégorie 1 Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 396

Avec le dérèglement climatique constaté, les précipitations vont continuer de diminuer notamment l'été et les températures moyennes vont, elles, augmenter entrainant la multiplication des épisodes de sécheresse dont les conséquences sont proportionnelles à leur durée comme à leur intensité. Au jardin, il va falloir opter pour des plantes qui supportent la sécheresse car les économies d'eau sont indispensables.

Des sols et des jardins secs différents

Un sol lourd, argileux, sans drainage, va se rétracter en séchant et mettre à mal les plantes, tandis qu'un sol léger, sableux, bien drainé, va s'appauvrir et perdre toute réserve en eau rapidement ; quant au sol superficiel (sur roche, granit, dalle ou cave par exemple), le manque d'eau apparait rapidement et le résultat est toujours le même, les plantes souffrent.

Par ailleurs, bien que la France soit en zone tempérée, elle se caractérise par des zones climatiques bien distinctes (océanique, continental, méditerranéen, montagnard…) dans lesquelles les plantes sauvages sont différentes, ce qui donne des indications sur le type de plantes adaptées à votre jardin.

D'ailleurs, chacune de ces zones climatiques a son propre minima de température hivernale donnant des indications sur la rusticité tolérée, mais il faut également tenir compte de l'humidité du sol puisque plus le sol est humide, moins la tolérance au froid d'une plante sera importante. A savoir également que des précipitations régulières occasionnent des sécheresses moins intenses que des précipitations plus concentrées.

En outre, la configuration du jardin accentue le phénomène de sécheresse : un petit jardin enclavé entre des murs blancs baignés de soleil connaitra vite la sécheresse. Sinon, dans tout jardin, selon que les murs seront exposés au sud, à l'est, au nord ou à l'ouest, la chaleur n'aura pas la même intensité ni les mêmes conséquences en matière d'assèchement.

Il en va de même pour le vent, et là encore, le vent du sud est le plus desséchant surtout s'il ne rencontre aucun obstacle. Pour faire écran, la plantation d'arbres ou d'une haie, selon la taille du jardin, est un bon rempart "brise-vent".

Si votre terrain est en pente, n'oubliez pas que l'eau ruisselle et qu'il vous faudra, par conséquent, planter des végétaux supportant la sécheresse en partie haute alors que dans le bas, des espèces plus "standard" se développeront correctement.

Les arbres implantés sur votre terrain influent également sur la sécheresse du sol, curieusement. En effet, ceux qui ont une racine pivot vont développer autour de leur longue racine centrale un système racinaire peu demandeur d'eau (hêtre, cornouiller mâle, érable du Japon, sorbier, chêne…) donc peu concurrentiel, permettant de planter autour des végétaux peu sensibles au manque d'eau. A l'inverse, les arbres développant un système racinaire dense et superficiel (bouleau, marronnier, saule, platane, orme, charme, frêne, mélèze, pin, cèdre, épicéa…) captent toute l'eau disponible et empêchent l'installation de n'importe quelles vivaces qui mourront de soif.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment!

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre